Accueil du site > Dopage > Les stéroïdes anabolisants affaiblissent le coeur
Les stéroïdes anabolisants affaiblissent le coeur

mercredi 28 avril 2010

Selon une recherche publiée dans Circulation : Heart Failure [1], l’utilisation à long terme de stéroïdes anabolisants pourrait affaiblir le cœur plus que ce qu’on pensait jusqu’à maintenant, et cela pourrait augmenter les risques de crise cardiaque.

Les stéroïdes anabolisants-androgènes miment la testostérone naturelle, une hormone qui fabrique du muscle et qui favorise les caractéristiques sexuelles masculines.

"Les stéroïdes anabolisants, en plus d’être illégaux, ont des conséquences importantes pour la santé" explique le Dr Aaron Baggish l’auteur principal de l’étude du Département de Médecine de l’Hôpital Général de Boston. "Je pense que pour la première fois nous commençons à réaliser que le cœur est l’un des organes qui est le plus négativement impacté par le recours à long terme de stéroïdes."

Dans cette petite étude, les enquêteurs ont trouvé que le ventricule gauche, la chambre de pompage principal du cœur, était significativement plus faible pendant la contraction (fonction systolique) chez les participants qui avaient pris des stéroïdes comparés à un groupe de non utilisateurs de stéroïdes.

Un ventricule gauche en bonne santé pompe au moins 55 à 70% du sang qui remplit le cœur (une mesure connue comme étant la fraction d’éjection). 83% des utilisateurs de stéroïdes, dans cette étude de 12 personnes, avaient une capacité plus faible de pompage (une fraction d’éjection inférieure à 55%) que les études précédentes avaient associé à un risque accru de crise cardiaque ou de décès cardiaque. En revanche, seul un des non dopés avait une faible fraction d’éjection.

Les utilisateurs de stéroïdes montrent aussi une fonction diastolique endommagée, qui est quand le ventricule gauche se relâche et se remplit de sang. Les chercheurs ont montré que le relâchement de ce ventricule chez les utilisateurs de stéroïdes, tel que démontré par le ratio du remplissage du ventricule gauche de sang, était réduit de presque la moitié (0.93 comparé à 1.80 chez les non dopés). La structure du ventricule gauche était identique à la fois chez les utilisateurs de stéroïdes que chez les non utilisateurs.

Baggish et ses collègues ont utilisé une technique connue sous le non d’échocardiographie Doppler pour examiner la fonction du ventricule gauche et sa structure. Le test a utilisé des ondes sonores à hautes fréquences, ou ultrasons, pour créer des images du cœur et de son flux sanguin.

Le groupe des utilisateurs de stéroïdes comprenait 12 hommes haltérophiles ou culturistes, d’âge moyen de 40 ans, qui rapportaient prendre environ 675 milligrammes de stéroïdes par semaine depuis 9 ans. Le groupe de contrôle était composé de 7 hommes du même âge, culturistes et haltérophiles, qui ne prenaient pas d’anabolisants.

Les deux groupes avaient des durées d’entrainement, avec poids et haltères, passées et actuelles identiques, de même qu’en ce qui concerne les autres activités physiques, ainsi que pour ce qui est des facteurs de risque cardiaque autres que ceux relatifs au recours aux stéroïdes. Bien que les utilisateurs et non utilisateurs aient des indices de masse corporelle et de surface corporelle comparables, les utilisateurs de stéroïdes avaient plus de masse musculaire que les non dopés.

Malgré la petite taille de l’échantillon, les différences statistiques de la fonction cardiaque suggèrent un fort lien entre la consommation de stéroïdes et les dégâts au cœur, disent les enquêteurs.

Dans des études précédentes, les effets précis de l’utilisation de stéroïdes sur le dysfonctionnement du cœur n’étaient pas clairs. Une partie du problème avec les études sur les problèmes cardiaques associés aux anabolisants, est que le recours illégal aux stéroïdes anabolisants est relativement récent. Aux Etats-Unis, ces drogues se sont surtout répandues chez les athlètes dans les années 1980 ; et beaucoup d’utilisateurs de stéroïdes de cette époque atteignent maintenant un âge où les problèmes cardiaques font surface.

"Ce que nous espérons, c’est que les gens commencent à reconnaitre l’utilisation des stéroïdes comme étant une cause potentielle de maladie cardiaque, et une cause de problèmes cardiaques graves qui seraient sinon inexpliqués chez les jeunes sportifs" dit Baggish.

Références :

[1] Long Term Anabolic-Androgenic Steroid Use is Associated with Left Ventricular Dysfunction. Circ Heart Fail


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |