Accueil du site > Nutrition > Suppléments > Les suppléments de soja n’améliorent pas l’asthme
Les suppléments de soja n’améliorent pas l’asthme

jeudi 28 mai 2015

Malgré les recherches précédentes qui suggéraient qu’il y avait un lien entre la consommation de soja et la diminution de la sévérité des crises d’asthme, une récente étude, publiée dans le Journal of the American Medical Association [1], montre que les suppléments au soja n’améliorent pas le fonctionnement des poumons chez les patients atteints d’asthme. Les auteurs de l’étude soulignent d’ailleurs l’importance de se focaliser sur sa santé plus globalement pour mieux gérer la maladie, plutôt que d’adopter des stratégies comme celle qui consiste à augmenter sa consommation de soja.

"Vous êtes ce que vous mangez, mais cette maxime est valable pour une constellation globale d’aliments et non pas pour seul aliment ni un seul composant d’un aliment," explique l’auteur de l’étude, le Dr Lewis Smith. "Au lieu de se focaliser sur des compléments alimentaires, nous devrions envisager une approche plus ’holistique’."

Les compléments alimentaires, industrie de plusieurs milliards d’euros, sont largement consommés pour traiter ou prévenir (ou essayer de traiter et prévenir) de nombreuses maladies ou pour optimiser la santé, bien qu’il n’y ait pratiquement pas de données qui aient démontré leur réelle efficacité. Des études ont même montré que la consommation de produits à base de soja n’améliorait pas les bouffées de chaleur.

Pendant qu’ils analysaient les résultats d’une étude sur l’alimentation et l’asthme, les chercheurs avaient remarqué que les asthmatiques qui prenaient de l’isoflavone de soja avaient un meilleur fonctionnement des poumons que leurs homologues. Ils ont confirmé leurs observations dans différents groupes de patients, ainsi qu’en laboratoire : en effet, dans des cultures de cellules, ils ont vu qu’un isoflavone appelé la génistéine réduisait l’inflammation de l’éosinophile, qui est un facteur important de l’asthme.

"Si vous regardez les gens qui consomment plus de produits au soja, principalement au Japon et dans certaines régions de la Chine, ils ont effectivement moins d’asthme," dit Smith. "Ceci pourrait être dû à de nombreux facteurs différents, mais il y avait suffisamment d’éléments de preuve épidémiologiques et biologiques pour soutenir l’étude de cette association."

Leur nouvelle étude a donc exploré les effets du soja chez 386 adultes âgés de 12 ans et plus qui contrôlaient mal leur asthme. Tous prenaient des médicaments pour traiter leur asthme – soit des cortistéroïdes ou des antileucotriènes – mais aucun ne consommait de soja. Dans leur étude randomisée en double-aveugle, la moitié des participants a pris des suppléments d’isoflavone de soja deux fois par jour pendant six mois, et l’autre moitié a pris un placébo.

"Nous avons découvert que le complément alimentaire, bien que capable d’augmenter les niveaux de la génistéine dans le sang, n’améliorait pas le fonctionnement pulmonaire, ni les symptômes ou les mesures de l’inflammation chez ces individus," dit Smith.

Alors pourquoi le lien entre le soja et l’asthme trouvé dans les études antérieures ne s’est pas retrouvé dans cette étude ? Les chercheurs déclarent que d’autres facteurs pourraient être à l’œuvre ici, tels que l’alimentation et le style de vie, comme de manger moins de viande ou de faire plus souvent du sport. Et bien que la génistéine réduise l’inflammation dans les cultures de cellules en laboratoire, c’est une autre affaire dans le corps humain où des cellules supplémentaires pourraient annihiler ce bénéfice.

"Cette étude explique pourquoi il est si important de réaliser des études bien conçues, contrôlées contre placébo quand des associations sont rapportées entre des nutriments spécifiques et des résultats sur certaines maladies," conclut Smith.

Références :

[1] Lewis J. Smith, Ravi Kalhan, Robert A. Wise, Elizabeth A. Sugar, John J. Lima, Charles G. Irvin, Allen J. Dozor, Janet T. Holbrook. Effect of a Soy Isoflavone Supplement on Lung Function and Clinical Outcomes in Patients With Poorly Controlled Asthma. JAMA, 2015 ; 313 (20) : 2033.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |