Accueil du site > Physiologie > Les températures froides peuvent aider à maigrir
Les températures froides peuvent aider à maigrir

jeudi 23 janvier 2014

Selon une publication scientifique dans Trends in Endocrinology & Metabolism [1], une exposition régulière au froid léger peut être une manière saine et durable d’aider les gens à perdre du poids. D’un autre côté, cela signifie que nos foyers ou bureaux bien chauffés pourraient être partiellement responsables de l’élargissement de notre tour de taille.

"Étant donné que la plupart d’entre nous sommes exposés à des conditions intérieures 90% du temps, cela valait la peine d’explorer l’aspect sanitaire des températures ambiantes" explique Wouter van Marken Lichtenbelt, auteur de l’étude. "Qu’est-ce que cela ferait si nous laissions nos corps œuvrer à contrôler la température corporelle ? Nous faisons l’hypothèse que l’environnement thermique affecte la santé humaine, et plus particulièrement qu’une exposition à un froid léger peut modifier notre dépense énergétique sur des périodes de temps durables".

Lichtenbelt et ses collègues ont commencé à étudier les effets du froid léger il y a environ 10 ans. Les premières études sur les températures s’étaient principalement focalisées sur des températures extrêmes dans le cadre d’applications militaires, pour les pompiers et autres. Mais les études ont commencé à montrer de grandes différences de réactions parmi les gens dans des conditions de froid léger. Cela a conduit des chercheurs à faire une importante découverte :la graisse brune, qui brûle des calories et génère de la chaleur, ne se trouve pas que chez les bébés. Les adultes en ont aussi, et certains plus que d’autres.

Marken Lichtenbelt déclare qu’ils ont maintenant des preuves montrant qu’une température intérieure plus variable – température qui a un rapport avec les températures extérieures – pourrait être bénéfique, bien que les effets à long terme aient toujours besoin de plus de recherches. Un groupe de recherche du Japon a découvert une diminution de la graisse du corps après que des individus aient passé 2 heures par jour à 17 degrés Celsius pendant six semaines. L’équipe de recherche a aussi trouvé que les gens s’habituaient au froid avec le temps. Après six heures par jour dans le froid pendant une période de 10 jours, les sujets de leur étude ont augmenté leur graisse brune, ils se sentaient aussi plus à l’aise et frissonnaient moins à 15° Celsius.

Chez les personnes jeunes ou quadragénaires au moins, la production de chaleur sans frissons peut compter de quelques pourcents à 30% du budget énergétique du corps. Cela signifie que des températures plus basses peuvent significativement modifier la quantité d’énergie qu’une personne dépense globalement.

Ainsi, peut-être qu’en plus de faire de l’exercice physique, pourrions-nous avoir besoin de nous entrainer à passer plus de temps dans le froid…

"Les températures intérieures, dans la plupart des immeubles, sont régulées pour minimiser le pourcentage de personnes pouvant être mécontentes" notent les chercheurs. "Cela a pour conséquence des températures intérieures élevées en hiver. Cela est flagrant dans les bureaux, les logements et est plus prononcé dans les hôpitaux et cliniques. En étant moins exposée à des températures ambiantes variées, la population pourrait être encline à développer des maladies comme l’obésité. En outre, les gens deviennent plus vulnérables aux changements brutaux de température".

Références :

[1] Cold exposure – an approach to increasing energy expenditure in humans. Trends in Endocrinology & Metabolism, van Marken Lichtenbelt et al.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |