Accueil du site > Bodybuilding > Mythe bodybuilding : Les hormones qui favorisent la croissance ne stimulent (...)
Mythe bodybuilding : Les hormones qui favorisent la croissance ne stimulent pas la force

jeudi 14 juin 2012

Une étude de scientifiques de l’Université McMaster a révélé que les exercices associés à la testostérone et à l’hormone de croissance, ne jouent pas de rôle influent dans la construction du muscle après avoir fait sa séance de musculation, et cela malgré la sagesse populaire affirmant le contraire.

Les résultats indiquent que les bodybuilders qui cherchent à manipuler ces hormones par des programmes d’exercices perdent leur temps.

Dans deux études séparées, publiées dans le Journal of Applied Physiology [1] et l’European Journal of Applied Physiology [2], des chercheurs ont découvert que les hormones anaboliques, dont on pensait depuis longtemps qu’elles étaient essentielles à la construction musculaire, n’influencent pas la synthèse des protéines des muscles, le processus qui conduit à faire grossir les muscles.

"Les adeptes de la musculation pensent habituellement que le fait d’augmenter les niveaux de ces hormones après l’exercice joue un rôle clé dans la construction musculaire" explique Daniel West auteur de l’étude. "Mais ce n’est tout simplement pas le cas."

Dans la première étude, les chercheurs ont examiné les réactions de participants hommes et femmes qui faisaient des exercices intenses pour les cuisses. Malgré une forte différence dans l’augmentation de la testostérone, les hommes et les femmes étaient en mesure de fabriquer de nouvelles protéines musculaires à un taux exactement équivalent.

"Étant donné que les nouvelles protéines de muscles s’ajoutent à la croissance musculaire, il s’agit là d’une découverte importante" dit West.

"Alors que la testostérone est précisément anabolique et favorise la croissance des muscles chez les hommes et les femmes à hautes doses, comme celles utilisées pendant l’abus de stéroïdes, nos résultats montrent que les niveaux de testostérone qui se produisent naturellement n’influencent pas le taux de synthèse des protéines musculaires."

Dans la seconde étude, les chercheurs ont analysé les réactions hormonales post-exercice de 56 jeunes hommes, âgés entre 18 et 30 ans, qui se sont entrainés cinq jours par semaine pendant 12 semaines au total.

Les hommes ont vécu des gains de masse musculaire qui allaient de rien du tout à plus de 5,5 kilos, pourtant, leurs niveaux de testostérone et d’hormone de croissance après l’entraînement n’a montré aucune relation avec la croissance musculaire ou les gains de force.

Étonnamment, les chercheurs ont noté que le cortisol, considéré comme ayant des effets opposés aux hormones anaboliques parce qu’il diminue la synthèse protéique et décompose les tissus, était associé à un gain de masse musculaire.

"L’idée selon laquelle vous pouvez ou devriez faire entièrement reposer vos programmes d’entraînement de musculation à essayer de manipuler les niveaux de testostérone ou d’hormone de croissance est fausse" explique Stuart Phillips. "Il n’y a tout simplement pas de preuves pour confirmer ce concept."

En conséquence, la myriade de fabricants et de vendeurs qui proposent d’augmenter ces niveaux d’hormones par l’achat de leur panacées en tous genres vendent du vent, leurs produits sont inutiles et leurs allégations non confirmées.

Références :

[1] Sex-based comparisons of myofibrillar protein synthesis after resistance exercise in the fed state. Journal of Applied Physiology, 2012, vol. 112 no. 11 1805-1813.

[2] Associations of exercise-induced hormone profiles and gains in strength and hypertrophy in a large cohort after weight training. Daniel West, Stuart Phillips. European Journal of Applied Physiology , (2012) 112:2693–2702.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |