Accueil du site > Santé > Pas de lien entre la météo et les douleurs
Pas de lien entre la météo et les douleurs

jeudi 14 décembre 2017

En cherchant un lien entre les douleurs articulaires et le temps qu’il fait, les chercheurs sont revenus bredouilles !

Le temps pluvieux ou humide est souvent accusé d’être la cause des douleurs aux articulations. Et ceci fort injustement, car une recherche de la Medical School de Harvard, publiée dans le British Medical Journal [1], n’a pas trouvé de lien entre la météo pluvieuse et les douleurs articulaires ni les maux de dos.

La notion selon laquelle l’apparition de certains symptômes et le temps qu’il fait seraient liés persiste depuis l’antiquité. Hippocrate déjà, dans Les Airs, Les Eaux et Les Lieux, exhortaient ceux qui voulaient comprendre la médecine à prendre en compte le changement des saisons de l’année et à étudier les vents dominants pour voir comment le temps qu’ils apportaient affectaient la santé. La croyance a persisté pendant des siècles jusqu’à aujourd’hui, alimentée probablement par une combinaison de croyance populaire, de folklore et de petites études de mauvaise qualité qui ont rapporté des résultats contestables.

Cette récente analyse, publiée dans le BMJ, a utilisé une approche dite "big data", sur des données considérables, en rapprochant les déclarations de l’assurance maladie provenant de millions de visites chez les médecins aux milliers de relevés météorologiques, et notamment des jours de pluie, provenant des stations météo du National Oceanic and Atmospheric Administration.

"Quelle que soit la façon dont nous avons analysé les données, nous n’avons pas trouvé de corrélation entre le temps pluvieux et les visites chez le médecin pour des douleurs articulaires ou de dos," expliquent les chercheurs. Ce qui montre que les douleurs aux articulations et au dos sont de bien mauvais prévisionnistes météo.

L’étude a examiné les enregistrements de Medicare sur plus de 11 millions de visites chez les médecins par des américains entre 2008 et 2012. L’équipe de recherche a posé tout un ensemble de questions différentes :

- Est-ce que les visites des patients étaient plus fréquentes pour des maux articulaires ou de dos quand il pleuvait ou après des périodes pluvieuses ?
- Est-ce que les patients qui étaient allés chez le docteur pour d’autres raisons étaient plus susceptibles de rapporter aussi des douleurs aux genoux ou au dos autour des jours de pluie ?
- Que se passait-il s’il pleuvait pendant plusieurs jours de suite ?
- Même en l’absence d’un "effet pluie" dans le groupe considéré globalement, est-ce que les patients qui souffraient déjà d’arthrite rhumatoïde rapportaient plus souffrir ?

Les réponses à toutes ces questions ont montré qu’il n’y avait pas de lien significatif entre les douleurs articulaires et le temps humide. Globalement, 6,35 % des visites chez les médecins les jours de pluie concernaient des douleurs, comparés à 6,39 % les jours secs. Ainsi, les patients qui croient en l’existence d’un tel lien sont-ils tous trempés ?

"Il est très difficile (voire impossible) de prouver l’inexistence de quelque chose," disent les scientifiques, "mais dans ce flux important de données, s’il y avait eu une augmentation cliniquement importante des douleurs les jours pluvieux, nous aurions trouvé ne serait-ce qu’un petit signe de cet effet, ce qui n’est pas le cas."

Le cerveau humain est très doué pour trouver des modèles ou des motifs, notent les chercheurs, et ces croyances s’autoalimentent souvent. Si vous vous attendez à ce que votre genou vous fasse mal quand il pleut mais que ce n’est pas le cas, vous n’y penserez même pas, mais s’il vous fait mal un jour de pluie, cela restera gravé dans votre esprit. Les médecins devraient être attentifs à ce que leurs disent les patients. La douleur c’est la douleur, avec ou sans pluie. Mais il est important de savoir qu’au niveau clinique, les douleurs aux articulations n’apparaissent pas en fonction du temps qu’il fait.

Références :

[1] Association between rainfall and diagnoses of joint or back pain : retrospective claims analysis, BMJ 2017 ; 359.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |