Accueil du site > Santé > Pédalez plus vite pour vivre plus vieux !
Pédalez plus vite pour vivre plus vieux !

vendredi 9 septembre 2011

De l’exercice quotidien vigoureux est recommandé pour une vie plus longue.

Une étude réalisée avec des cyclistes à Copenhague au Danemark a montré que c’est l’intensité relative et non pas la durée du cyclisme qui a le plus d’importance pour ce qui est de la mortalité toutes causes, et est même encore plus prononcée pour la mortalité due à des maladies cardiovasculaires.

L’étude présentée lors du congrès 2011 de l’ESC [1], a conclu que les hommes qui font du vélo à une intensité rapide survivaient 5,3 années de plus, et les hommes avec une intensité moyenne 2,9 années de plus que les hommes qui faisaient du cyclisme à faible intensité. Pour les femmes, les résultats étaient de 3,9 et 2,2 années de plus respectivement. Les groupes ont été ajustés pour les différences d’âge et de facteurs de risque conventionnels.

Les recommandations d’usage prescrivent que chaque adulte devrait accumuler 30 minutes ou plus d’activité physique modérée pendant son temps de loisir, de préférence chaque jour de la semaine. L’intensité optimale, la durée et la fréquence restent encore à établir.

Selon le Pr Schnor, "cette étude suggère qu’une partie plus grande de l’activité physique quotidienne pendant son temps de loisir devrait être vigoureux, basé sur la propre perception des individus de l’intensité. Notre groupe avait déjà publié des résultats similaires pour la mortalité toute cause en relation avec la marche [2]."

Les tableaux obtenus montre des ratios pour les décès toutes causes, et dus à des maladies coronariennes, en relation avec la durée et l’intensité du cyclisme ajusté par âge, par sexe, par le nombre d’autres activités sportives, par IMC, tension artérielle, cholestérol HDL, tabagisme, revenus, consommation d’alcool et diabète. A l’intérieur des trois groupes de durée différente, il y avait une association inverse entre l’intensité du cyclisme et la mortalité toutes causes, qui était encore plus prononcée pour les maladies de cœur.

Références :

[1] Intensity versus duration of cycling, impact on all-cause and coronary heart disease mortality : the Copenhagen City Heart Study. Schnohr P, Marott JL, Jensen JS, Jensen GB. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil. 2011.

[2] Schnohr P. et al. Intensity versus duration of walking : Impact on mortality : the Copenhagen City Heart Study. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil, 2007 ;14:72-78.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |