Accueil du site > Santé > Perdre du poids n’est pas nécessairement mauvais pour les séniors
Perdre du poids n’est pas nécessairement mauvais pour les séniors

mardi 6 avril 2010

Une étude de chercheurs de l’Université de Wake Forest réfute l’idée répandue selon laquelle une perte de poids volontaire chez les adultes plus âgés augmenterait le risque de décès.

En fait, l’étude, publiée dans le Journal of Gerontology : Medical Sciences [1], montre que les séniors qui font de l’exercice et/ou qui modifient leur régime alimentaire pour perdre du poids, étaient moitié moins susceptibles de décéder dans les huit années de suivi que leurs pairs qui n’ont rien fait pour perdre du poids, explique le Dr Kyla Shea, auteur de l’étude et chercheur à la section Gérontologie et Gériatrie du Département de Médecine.

"C’est une découverte forte et surprenante" dit Shea. "Nos données suggèrent que les gens ne devraient pas avoir peur d’essayer de perdre du poids, afin de faire face aux problèmes de santé associés à l’obésité chez les personnes âgées."

Avant cette étude, la recherche qui avait regardé l’association entre la mortalité et la perte de poids n’avait pas décomposé les multiples causes de la perte de poids. Ainsi, en utilisant une approche randomisée plus rigoureuse, Shea et ses collègues ont cherché à prouver ou à réfuter l’idée que les individus âgés, qui essayaient activement de perdre du poids, augmentaient leur risque de décès.

L’équipe de recherche a ré-analysé les données d’une étude de 318 résidents, des personnes âgées de plus de 60 ans, toutes avec de l’arthrite au genou, qui ont été enrôlées dans une étude pour évaluer les effets de la perte de poids et/ou de l’exercice sur la fonction physique à la fin des années 1990. L’intervention de la perte de poids initiale a pris place sur une période de 18 mois de 1996 à 1998, pendant laquelle les 159 individus du groupe d’intervention ont activement perdu en moyenne 6 kilos. Le groupe sans intervention a perdu naturellement en moyenne 1.5 kg.

Puis, les chercheurs ont regardé pour voir si les participants de l’étude étaient toujours en vie huit ans plus tard.

"En général, nous avons découvert qu’il y avait beaucoup moins de décès, moitié moins, dans le groupe des participants qui avait perdu du poids comparé au groupe qui n’en avait pas perdu" dit Shea.

Les résultats étaient inattendus pour piquer les gérontologues.

"Pendant des années, la communauté médicale a cru les multiples études épidémiologiques qui suggéraient que les personnes âgées qui perdaient du poids avaient plus de chances de décéder" dit Stephen Kritchevsky, directeur du Centre de la Vieillesse au Centre Médical.

"La perte de poids, dans la croyance populaire, est seulement considérée comme étant un pronostic de mauvaise augure. Les données que les gens ont utilisées étaient incapables de séparer la cause et l’effet de la perte de poids, notre étude suggère que la perte de poids qu’ils ont étudiée pourrait être le résultat d’autres problèmes de santé, et non pas une perte de poids volontaire."

Les participants de cette étude avaient aussi une constellation de problèmes de santé fréquents qui apparaissent avec l’âge, ajoute Kritchevsky.

"Il s’agissait juste de personnes âgées qui vivaient dans une communauté, sortaient et faisaient leurs tâches quotidiennes tout comme votre voisin" dit-il. "Quand l’étude a débuté, ils étaient tous en surpoids et faisaient face aux signes de la vieillesse."

Quand les chercheurs ont évalué les effets de la perte de poids chez les participants les plus vieux, de 75 ans et plus, ils ont trouvé la même réduction de mortalité qu’ils avaient trouvée dans le groupe des plus jeunes, ceux de 60 ans et plus, et qui avaient perdu du poids.

La perte de poids chez les adultes plus âgés a montré qu’elle permettait d’améliorer plusieurs problèmes médicaux, dit Kritchevsky, comme la tension, le cholestérol et les niveaux de glucose à jeun. Cependant, les médecins ont été hésitants à recommander de maigrir aux plus âgés à cause d’un problème de mortalité qui y avait été associé dans des études précédentes.

"Cette étude remet en cause tout un ensemble de problèmes infondés sur les moyens de traiter l’épidémie d’obésité chez les personnes âgées" dit Kritchevsky.

Il prévient cependant que l’étude était de petite taille, et que les résultats devront être confirmés dans d’autres études, mais les données rassemblées à partir de cette analyse sont suffisantes pour éliminer tout risque excessif du à l’amaigrissement, et pour suggérer qu’il pourrait y avoir un avantage à perdre du poids sur la mortalité.

Références :

[1] The Effect of Randomization to Weight Loss on Total Mortality in Older Overweight and Obese Adults : The ADAPT Study. J. Gerontol A Biol Sci Med Sci(2010) glp217


| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |