Accueil du site > Nutrition > Plus de protéines et moins d’amidon raffiné pour le régime
Plus de protéines et moins d’amidon raffiné pour le régime

vendredi 26 novembre 2010

Des chercheurs de la Faculté des Sciences de la Vie (LIFE) de l’Université de Copenhague peuvent maintenant révéler les résultats d’une étude mondiale de grande ampleur sur les régimes : si vous voulez perdre du poids, il faut maintenir un régime qui soit riche en protéines, avec plus de viande maigre, des produits laitiers faibles en graisses, des haricots et moins de calories provenant d’amidon raffiné tel que le pain blanc ou le riz blanc. Avec ce type de régime, la plupart des gens peuvent aussi manger jusqu’à satiété sans compter leurs calories et sans prendre de poids.

L’étude de grande ampleur a conclu que les recommandations alimentaires officielles n’étaient pas suffisantes pour prévenir l’obésité.

Cette étude à grande échelle appelée "Diogenes" a étudié la composition optimale d’un régime pour prévenir et traiter l’obésité. Ses résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine [1].

L’objectif de l’étude Diogenes était de comparer les recommandations alimentaires officielles en Europe, avec un régime reposant sur les dernières connaissances à propos de l’importance des protéines et des hydrates de carbone dans la régulation de l’appétit. Un total de 772 familles européennes a participé, comprenant 938 adultes et 827 enfants. Les adultes en surpoids ont d’abord suivi un régime de 800 kcal/jour pendant huit semaines, et ont perdu en moyenne 11 kg. Ils ont ensuite été assignés à l’un des cinq types de régimes différents qu’ils ont suivi pendant six mois, afin de tester quel régime était le plus efficace pour ce qui était d’empêcher toute reprise de poids. Pendant le projet, les familles recevaient des conseils d’experts de diététiciens, et devaient régulièrement donner des échantillons de sang et d’urine.

Les cinq types de régimes étaient :

- Un régime faible en protéines (13% de l’énergie consommée) et à index glycémique élevé (cf. plus bas).
- Un régime réduit en protéines et à index glycémique faible.
- Un régime riche en protéines (25% de l’énergie) et un index glycémique faible.
- Un régime riche en protéines et un index glycémique élevé.
- Un groupe de contrôle qui a suivi les recommandations alimentaires courantes, sans instructions spéciales en ce qui concerne les niveaux de glucides.

Le régime riche en protéines et avec un index glycémique réduit était celui qui marchait le mieux.

938 adultes en surpoids, avec un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 34kg/m² étaient mis au régime à 800 kcal/jour pendant huit semaines avant que l’intervention ait été lancée. Un total de 773 adultes a complété cette première phase de régime, et a ensuite été réparti dans l’un des cinq régimes cités plus haut, où 548 participants ont complété le régime sur six mois (71%).

Moins de participants du groupe suivant le régime riche en protéines et à l’index glucidique réduit ont laissé tomber que dans le groupe faible en protéines et riche en glucides. La perte de poids initiale pendant le régime à 800 kcal se situait à 11 kg en moyenne.

La reprise de poids moyenne chez tous les participants était de 0,5 kg, mais parmi les participants qui avaient terminé l’étude, ceux du groupe faible en protéines et riche en glucides ont montré les pires résultats, avec une reprise de poids de 1,67 kg. La reprise de poids était de 0,93 kg de moins chez les participants suivant un régime riche en protéines, que pour ceux suivant un régime faible en protéines, et de 0,95 kg de moins dans les groupes avec un index glycémique faible comparés à ceux avec un index glycémique élevé.

Références :

[1] Thomas Meinert Larsen, Stine-Mathilde Dalskov, Marleen van Baak, Susan Jebb, Angeliki Papadaki, Andreas Pfeiffer, J. Alfredo Martinez, Teodora Handjieva-Darlenska, Marie Kunešová, Mats Pihlsgård, Steen Stender, Claus Holst, Wim H.M. Saris, Arne Astrup. Diets with High or Low Protein Content and Glycemic Index for Weight-Loss Maintenance. New England Journal of Medicine, 2010 ; 363 (22) : 2102.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |