Accueil du site > Santé > Pour récolter les bénéfices de l’activité physique sur le cerveau, le plus (...)
Pour récolter les bénéfices de l’activité physique sur le cerveau, le plus important c’est de bouger

dimanche 2 novembre 2014

Tout le monde sait que l’exercice physique vous rend plus alerte sur le plan cognitif et ce quelque-soit votre âge. Mais faut-il pour ce faire suivre un programme d’entrainement très précis pour améliorer le fonctionnement du cerveau ? La science a montré que la chose la plus importante est surtout de bouger. C’est aussi simple que cela. Ceci est le résultat d’une étude réalisée à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), une institution rattachée à l’Université de Montréal, et publiée dans le journal AGE (American Aging Association) [1].

Cette étude a comparé les effets de différentes méthodes d’entrainement sur le fonctionnement cognitif d’individus âgés de 62 à 84 ans. Deux groupes ont été constitués pour suivre un entrainement d’endurance à intensité élevée et un programme de musculation, tandis que le troisième groupe réalisait des tâches qui ciblaient plutôt des activités motrices plus larges (coordination, équilibre, jeux de balles, tâches de mobilité et de souplesse). Alors que les entrainements d’endurance et de musculation étaient les seuls exercices qui aboutissaient à des améliorations de la forme physique après 10 semaines (en termes notamment de composition corporelle, de consommation d’oxygène et de force maximale), les trois groupes ont affiché des améliorations équivalentes de leurs performances intellectuelles et cognitives.

Les sujets dans le troisième groupe ont accompli des activités qui peuvent être facilement réalisées à la maison, ce qui est une excellente nouvelle pour les gens sédentaires qui ne peuvent pas aller immédiatement à la salle de sport pour s’entrainer. Pour améliorer votre santé cognitive, vous pouvez tout simplement commencer par faire toute activité physique qui vous plait.

"Notre étude visait surtout les fonctions d’exécution, ou les fonctions qui nous permettent de continuer à réagir efficacement face à un environnement qui évolue. Nous utilisons ces fonctions pour planifier, organiser, développer des stratégies, pour être attentifs aux moindres détails et pour s’en souvenir, ainsi que pour gérer le temps et l’espace", explique le Dr. Louis Bherer.

"Pendant longtemps, on a cru que seul l’exercice d’endurance - ou cardio - pouvait améliorer les fonctions exécutives. Plus récemment, la science a montré que la musculation pouvait aussi avoir des résultats positifs. Notre étude montre que des activités structurées qui visent à améliorer les aptitudes motrices plus larges et plus globales peuvent aussi améliorer les fonctions exécutives, qui déclinent quand on vieillit. Il faut que les séniors gardent à l’esprit le fait qu’ils ont le pouvoir d’améliorer leur santé cognitive et physique à tout âge et qu’ils ont à leur disposition de nombreux moyens pour y parvenir", conclut le chercheur.

Références :

[1] Multiple roads lead to Rome : combined high-intensity aerobic and strength training vs. gross motor activities leads to equivalent improvement in executive functions in a cohort of healthy older adults. Nicolas Berryman, Louis Bherer, Sylvie Nadeau, Séléna Lauzière, Lora Lehr, Florian Bobeuf, Maxime Lussier, Marie Jeanne Kergoat, Thien Tuong Minh Vu, Laurent Bosquet . AGE, Sept. 2014, 36:9710.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |