Accueil du site > Physiologie > Pourquoi a-t-on une préférence latérale pour s’embrasser et faire un câlin (...)
Pourquoi a-t-on une préférence latérale pour s’embrasser et faire un câlin ?

samedi 29 décembre 2018

Quand on touche les autres dans un contexte social, comme pour les embrasser ou les prendre dans nos bras, les gens ont souvent une préférence latérale ; par exemple ils auront tendance à pencher leur tête vers la droite plutôt que vers la gauche pour embrasser. Il y a beaucoup de théories pour en expliquer les causes. Dans une analyse publiée dans le journal Neuroscience & Biobehavioral Reviews [1], des chercheurs de plusieurs universités ont compilé les données existantes qu’ils utilisent pour vérifier les théories.

L’équipe de recherche dirigée par les professeurs Sebastian Ocklenburg et Julian Packheiser a conclu que les résultats observés ne peuvent pas s’expliquer seulement par le fait d’être droitier ou gaucher. La préférence manuelle joue un rôle, mais aussi le contexte émotionnel.

La gauche l’emporte dans les situations émotionnelles

"En général, la population au sens large a une préférence en penchant la tête vers la droite pour embrasser quelqu’un, faire un câlin avec la main droite et pour porter un bébé avec le bras gauche," disent les chercheurs. En ce qui concerne les embrassades et les câlins, l’hypothèse est que les gens ont une main dominante qu’ils utilisent pour initier le mouvement. Selon cette théorie, la main dominante est gardée inoccupée quand on berce un enfant pour pouvoir faire d’autres tâches.

"Comme les contacts sociaux sont souvent associés à un mouvement de main, c’est une hypothèse qui semble évidente que la préférence manuelle affecte les préférences latérales," disent-ils. Dans leur analyse, les chercheurs ont listé de nombreuses études qui étayent l’influence de la préférence manuelle. Cependant, ceci seul ne peut pas expliquer les préférences latérales, car le contexte émotionnel est aussi pertinent.

"Dans les situations émotionnelles, la préférence latérale va vers la droite," expliquent les chercheurs. "Et cela ne fait pas d’importance que les émotions soient positives ou négatives." Tant que la préférence est concernée, elle n’est pas pertinente si deux personnes s’enlacent car elles sont heureuses de se voir, ou parce que l’une d’elle réconforte l’autre.

Les émotions sont traitées asymétriquement dans le cerveau

Les chercheurs expliquent le déplacement vers la gauche dans les situations émotionnelles – contrairement aux neutres – en spéculant sur le fait que les émotions sont principalement traitées dans l’hémisphère droit du cerveau, qui est responsable des mouvements du côté gauche du corps. "Il y a des preuves d’interactions et d’interconnexions des réseaux moteurs et émotionnels dans le cerveau," disent les scientifiques. La théorie du traitement des émotions par l’hémisphère droit est renforcée par des données comportementales provenant d’études sur les contacts sociaux ainsi que par des résultats obtenus dans des études d’imagerie et neurophysiologiques.

Selon les auteurs, l’asymétrie présente dans les contacts et touchers sociaux humains peut être mieux expliquée par une combinaison de préférences motrices et de dominance émotionnelle de l’hémisphère droit.

Références :

[1] Sebastian Ocklenburg, Julian Packheiser, Judith Schmitz, Noemi Rook, Onur Güntürkün, Jutta Peterburs, Gina M. Grimshaw. Hugs and kisses – The role of motor preferences and emotional lateralization for hemispheric asymmetries in human social touch. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 2018 ; 95 : 353.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |