Accueil du site > Psychologie > Pourquoi avons-nous du mal à estimer les calories d’un repas ?
Pourquoi avons-nous du mal à estimer les calories d’un repas ?

samedi 25 septembre 2010

Quand il s’agit d’estimer un total de calories, nous ne sommes pas très doués. Selon une étude du Journal of Consumer Research [1]cela pourrait provenir de l’ordre dans lequel les aliments nous sont présentés.

"La séquence dans laquelle les articles sont présentés influence souvent nos évaluations de ces produits" écrivent les auteurs.

"L’estimation séquentielle est importante parce que de nombreux repas sont dans un ordre précis, et consommés séquentiellement plutôt que tout en même temps. En outre, pour contrôler leur consommation quotidienne en calories, les individus estiment souvent non seulement la quantité de calories contenue dans chaque repas, mais aussi le total de calories consommé durant la journée."

Dans l’une de ces études, les auteurs ont découvert qu’un groupe de participants évaluait le nombre de calories dans un cheeseburger différemment selon que celui-ci était présenté après ou avant une salade. Les personnes qui avaient vu le cheeseburger en premier pensaient qu’il contenait 570 Calories, tandis que ceux qui avaient d’abord à estimer le nombre de calories de la salade pensaient que le cheeseburger avait 787 Calories, soit une différence de 38% !

"Le fait de simplement modifier l’ordre dans lequel les participants devaient évaluer les deux aliments résultait en des différences significatives de leur estimation des calories du repas" écrit Alexander Chernev, auteur de l’étude. Le fait d’inverser l’ordre dans lequel les participants devaient estimer chaque article a aussi augmenté l’estimation totale des calories de 757 à 1097 Calories.

Quand les aliments sont assez différents (une salade verte contre un gâteau crémeux), les gens sont encore plus confus dans leur calcul calorique. Même si les participants savent qu’une salade de fruits a moins de calories qu’un morceau de gâteau au chocolat, ils perçoivent une séquence salade/cheeseburger comme ayant plus de calories qu’une combinaison gâteau au chocolat/cheeseburger.

"Ces résultats éclairent la façon qu’ont les consommateurs d’estimer le contenu calorique de leurs repas comprenant plusieurs aliments" note Chernev. "Cette recherche identifie des stratégies pour mieux gérer la perception, en calories, du contenu des repas de chacun. Ainsi, si les individus tendent à surestimer le contenu calorique des séquences d’aliments, ils seront aussi susceptibles de faire plus de sport pour réguler leur consommation."

Références :

[1] Semantic Anchoring in Sequential Evaluations of Vices and Virtues. Alexander Chernev, Journal of Consumer Research, Fev. 2011.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |