Accueil du site > Santé > Pourquoi les coureurs n’ont pas plus d’arthrite du genou
Pourquoi les coureurs n’ont pas plus d’arthrite du genou

samedi 26 octobre 2013

Une étude laisse entendre que le bref contact avec le sol et les grandes enjambées pourraient être l’explication.

Il n’y a pas de preuves ayant montré que le fait de courir régulièrement augmente les risques de développer une arthrite du genou. En fait, des études ont trouvé qu’il y avait moins d’arthrite du genou chez les coureurs que dans la population générale.

Mais alors que ceci pourrait réjouir les coureurs, l’honnêteté nous pousse à nous demander si cela est réellement le cas étant donné les forces d’impact de la course à pieds. La réponse pourrait provenir des aspects uniques de l’allure de la course à pieds : des temps de contact assez courts avec le sol et une phase d’amplitude plus longue, d’après une recherche publiée dans Medicine & Science in Sports & Exercise [1].

Quatorze adultes en bonne santé, qui n’ont jamais eu de problèmes de santé en rapport avec leurs genoux, ont marché et ont couru à des vitesses qu’ils ont choisies eux-mêmes. La plupart des participants étaient des coureurs réguliers. Les chercheurs ont mesuré les forces d’impact, comprenant la force la plus importante sur les articulations des genoux et ce qu’ils appellent la "charge par unité de distance parcourue", ou la force globale exercée sur le genou sur une distance de marche ou de course à pieds donnée.

Comme ils le suspectaient, le pic de charge pendant la course à pieds était trois fois plus élevée que pendant la marche. Mais la charge par unité de distance parcourue était identique. Ces résultats, notent les chercheurs, pourraient expliquer pourquoi les coureurs n’ont pas de risques plus importants d’arthrite du genou :

"La durée d’application de la charge et la distance couverte par cycle de charge compensent le pic de charge relativement élevée de la course à pieds, telle que la charge accumulée par unité de distance parcourue, n’est pas plus grande quand on court que quand on marche. En outre, la course à pieds a une phase de balancement relativement long tout comme une phase en l’air, absent de la marche, pendant lesquelles les charges sur les articulations sont relativement faibles".

Alors que ce résultat n’implique pas que les coureurs aient un risque plus faible d’arthrite du genou comparés aux non-coureurs, il offre une explication biomécanique décrivant pourquoi les coureurs ne semblent pas augmenter leur risque d’arthrite du genou même si les pics de charge sur les articulations sont très élevés.

D’autres chercheurs ont suggéré que les coureurs sont en moyenne moins lourds que la plupart des gens et que cela les aide à réduire leur risque d’arthrite. En outre, il y a des preuves préliminaires que l’excès de tissu adipeux peut envoyer des signaux inflammatoires qui pourraient augmenter le risque d’arthrite.

Références :

[1] Why Don’t Most Runners Get Knee Osteoarthritis ? A Case for Per-Unit-Distance Loads. Miller, Ross H. ; Edwards, W. Brent ; Brandon, Scott C. E. ; Morton, Amy M. ; Deluzio, Kevin J. Medicine & Science in Sports & Exercise.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |