Accueil du site > Santé > Pourquoi les hommes ne vivent pas aussi longtemps que les femmes (...)
Pourquoi les hommes ne vivent pas aussi longtemps que les femmes ?

mercredi 8 juillet 2015

La vulnérabilité aux maladies cardiovasculaires est le coupable principal de cette poussée des décès des hommes par rapport aux femmes au 20° siècle.

Dans le monde entier, les femmes peuvent espérer vivre plus longtemps que les hommes. Mais pourquoi en est-il ainsi, et est-ce que cela a toujours été le cas ?

Selon une étude réalisée par des chercheurs en gérontologie de l’Université de Californie du Sud [1], des différences importantes de l’espérance de vie entre les sexes sont apparues d’abord au tournant du vingtième siècle. Lorsque la population a adopté des mesures de prévention des maladies infectieuses, a amélioré son alimentation ainsi que d’autres comportements positifs pour la santé, notamment par les individus nés dans les années 1800 et 1900, les taux de décès ont chuté, mais les femmes ont commencé à récolter les bénéfices de cette longévité à un taux plus rapide.

À la suite de cette baisse massive mais inégale de la mortalité, une analyse globale des données a déclaré les maladies de cœur comme étant le principal coupable derrière la plupart des décès en excès documentés chez les hommes adultes, explique le Professeur Eileen Crimmins. "Nous avons été surpris de constater que cette divergence de mortalité entre les hommes et les femmes, qui a commencé dès 1870, était concentrée dans la tranche d’âge 50 à 70 ans et qu’elle diminuait après l’âge de 80 ans," expliquent les chercheurs.

Cette étude, qui a examiné les longévités des gens nés entre 1800 et 1935 dans treize pays développés, s’est notamment concentrée sur la mortalité des adultes de plus de 40 ans. L’équipe de recherche a découvert que pour les individus nés après 1880, les taux de décès chez les femmes diminuaient 70 % plus vite que chez les hommes.

Même quand les chercheurs ont vérifié des variables comme les maladies liées au tabac, les maladies cardiovasculaires apparaissaient toujours être la cause de la grande majorité des décès en excès chez les hommes adultes de plus de 40 ans pour la même période de temps. Étonnamment, le tabagisme ne comptait que pour 30 % de cette différence de mortalité entre les sexes après 1890.

L’impact inégal des décès liés aux maladies cardiovasculaires sur les hommes, surtout vers la quarantaine et plus, soulève la question de savoir si les hommes et les femmes affrontent différemment les risques liés aux maladies de cœur à cause de risques biologiques inhérents et/ou de facteurs protecteurs à différentes époques de leur vie.

"D’autres études pourraient inclure une analyse des différences de l’alimentation et de l’activité physique entre les pays, un examen plus approfondi de la vulnérabilité génétique et biologique entre les sexes au niveau cellulaire, et les relations existantes entre ces résultats et la santé cérébrale à un âge plus avancé," disent les scientifiques.

Références :

[1] Hiram Beltrán-Sánchez, Caleb Finch, Eileen Crimmins. Twentieth century surge of excess adult male mortality. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2015 ; 201421942.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |