Accueil du site > Physiologie > Qu’est-ce qui fait que le fructose fait grossir ?
Qu’est-ce qui fait que le fructose fait grossir ?

mardi 15 février 2011

Les préoccupations alimentaires à propos de la surconsommation de fructose sont bien documentées. Le sirop de mais riche en fructose est devenu l’un des sucres le plus fréquemment ajouté dans les aliments transformés. De nombreux experts en alimentation pensent que cette augmentation est directement corrélée à l’épidémie d’obésité croissante.

Mais une recherche de l’Université de l’Oregon, publiée dans le journal Diabetes, Obesity and Metabolism [1], démontre que le cerveau, qui sert de contrôle maitre pour le poids du corps, réagit différemment au fructose comparé à un autre sucre connu, le glucose.

"Nous savons, à partir de modèles animaux, que le cerveau répond de façon unique à différents nutriments, et que ces réponses peuvent déterminer la quantité qu’ils mangent" dit le Dr Jonathan Purnell, professeur de médecine associé.

"Avec les nouvelles technologies, comme l’IRM fonctionnelle, nous pouvons examiner comment l’activité du cerveau réagit chez les êtres humains quand ils sont exposés à des hydrates de carbone ou à des graisses. Ce que nous avons trouvé dans ce cas, c’est que la réponse du cerveau au fructose est très différente de la réponse au glucose, qui est moins susceptible de favoriser la prise de poids."

L’IRM fonctionnelle permet aux chercheurs de regarder l’activité du cerveau en temps réel. Pour diriger l’étude, neuf sujets humains de poids normal ont été scannés pendant qu’ils recevaient une perfusion de fructose, de glucose ou de solution saline. Quand les scans des cerveaux résultants de ces trois groupes ont été comparés, les scientifiques ont observé des différences distinctes.

L’activité cérébrale dans l’hypothalamus, une région du cerveau impliquée dans la régulation de la consommation de nourriture, n’était pas affectée ni par le fructose, ni par le glucose. Cependant, l’activité dans les régions de contrôle du cerveau cortical affichait une réponse opposée pendant les perfusions des sucres. L’activité dans ces régions a été inhibée quand le fructose était donné, mais activé pendant la perfusion de glucose.

C’est une découverte importante parce que ces régions de contrôle du cerveau comprennent des sites dont on pense qu’ils sont importants pour ce qui est de déterminer la façon dont nous répondons aux goûts, odeurs et images alimentaires qui bombardent le public quotidiennement notamment avec la publicité.

"Cette étude apporte des preuves chez les êtres humains que le fructose et le glucose provoquent des réponses opposées dans le cerveau. Cela confirme les recherches animales qui ont montré des résultats similaires, et qui ont associé le fructose à l’obésité" ajoute Punrell.

"Pour les consommateurs, nos résultats confirment les recommandations existantes selon lesquelles les gens doivent prendre conscience des sucres ajoutés à leurs boissons et repas, et ne pas abuser des aliments transformés et riches en fructose."

Références :

[1] J. Q. Purnell, B. A. Klopfenstein, A. A. Stevens, P. J. Havel, S. H. Adams, T. N. Dunn, C. Krisky, W. D. Rooney. Brain functional magnetic resonance imaging response to glucose and fructose infusions in humans. Diabetes, Obesity and Metabolism, 2011 ; 13 (3) : 229.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |