Accueil du site > Techniques > Quand faut-il arrêter de courir pour éviter la blessure ?
Quand faut-il arrêter de courir pour éviter la blessure ?

samedi 11 décembre 2010

Les coureurs modifient leur style de course quand ils sont épuisés.

Les coureurs qui continuent de courir quand ils sont épuisés modifient inconsciemment leur style de course, ce qui peut causer une augmentation du risque de blessure. Une étude de Tracy Dierks, professeur de physiothérapie à l’Université de l’Indiana, et publiée dans le Journal of Biomechanics [1] a découvert qu’à la fin d’une séance de course à pieds normale, les coureurs affichent généralement une augmentation du mouvement de leurs hanches, genoux et chevilles.

"Notre étude montre qu’à la fin d’une course à pieds, quand ils sont fatigués, leurs mouvements commencent à changer" dit Dierks. "Quand vous observez de la fatigue, vous êtes plus susceptible de vous mettre en danger de blessures si vous continuez, parce qu’il est plus difficile de contrôler la portée des changements." Dierke déclare qu’une modification excessive des mouvements corporels dans les articulations est généralement associée à des blessures d’usure. Le mouvement supplémentaire rend plus difficile pour les muscles, les tendons et les ligaments la gestion des forces de tension associées à la course.

Les blessures dues à l’usure, qu’on rencontre fréquemment chez les coureurs, sont le syndrome de la douleur patello-fémorale et le syndrome de la bandelette ilio-tibial pour le genou, et le fasciitis plantaire au pied.

L’étude a impliqué 20 coureurs amateurs non blessés âgés entre 18 et 45 ans. Aucun d’entre eux ne portait d’orthèse, et ils couraient chacun au moins 16 kilomètres par semaine. Les hommes et les femmes étaient équipés de chaussures de course neutres, et des marqueurs étaient placés autour de leur bassin et le long d’une seule jambe et pied de chaque coureur.

Les participants ont couru sur un tapis de course jusqu’à ce qu’ils aient atteint 85% de leur rythme cardiaque maximum, ou un score de 17 (sur 20) d’une estimation de l’effort perçu. A la fin de leurs courses, tous les coureurs ont rapporté une évaluation de l’effort à au moins 15, des études ont montré qu’une telle évaluation entre 13 et 15 indique de la fatigue.

Dierke déclare que les changements dans tous les membres inférieurs étaient subtiles, mais plus sévères à l’arrière du pied où il y avait une "rupture complète des mouvements corporels."

Le chercheur ajoute que les coureurs et les scientifiques se sont demandés pendant des années quand les coureurs devaient s’arrêter de courir afin d’éviter les blessures. L’évaluation de l’effort perçu peut apporter certaines réponses, car avec une estimation entre 15 et 17 cela indique que les coureurs ont atteint un point où leurs mouvements corporels sont susceptibles d’avoir commencé à changer de façon indésirable.

Références :

[1] The effects of running in an exerted state on lower extremity kinematics and joint timing. Tracy Dierks, Irene Davis, Joseph Hamill, Journal of Biomechanics.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |