Accueil du site > Santé > Quelles solutions sont efficaces pour arrêter de fumer ?
Quelles solutions sont efficaces pour arrêter de fumer ?

vendredi 31 mai 2013

Selon une revue de la Cochrane Library [1],la thérapie de substitution de la nicotine et les autres médicaments autorisés peuvent aider les fumeurs qui voudraient arrêter. En Europe et aux États-Unis, les seuls médicaments autorisés pour arrêter de fumer sont les substituts de nicotine tels que les patches et les gommes à mâcher, l’antidépresseur bupropion et la varénicline, qui atténuent les effets de la nicotine sur les récepteurs de la nicotine du cerveau. En Russie et dans d’autres régions d’Europe de l’Est cependant, la cytisine, qui est similaire à la varénicline, est aussi autorisée pour arrêter de fumer.

Les auteurs de l’étude ont associé les résultats des revues Cochrane sur le sujet, en utilisant toutes les données disponibles. Ils ont collecté 267 études, qui, ensembles, rassemblent un total de 101804 personnes. Les études couvraient une large variété de médications, autorisées ou non, pour arrêter de fumer, comparant les traitements avec un placebo, et les trois principaux traitements les uns avec les autres. Si une personne avait arrêté de fumer pendant six mois ou plus, cela était considéré comme une tentative de sevrage réussie.

Les trois médicaments autorisés et la cytisine ont tous amélioré les chances d’arrêt du tabac des fumeurs. Les chances d’arrêt étaient environ 80% plus élevées avec les traitements de substitution de la nicotine ou le burpopion qu’avec un placebo, et entre deux à trois fois plus élevées avec la varénicline qu’avec un placebo. Cependant, la varénicline était environ 50% plus efficace que toute formule seule de substitut de nicotine (patch, gommes à mâcher, sprays, pastilles et inhalateurs), mais aussi efficace que deux types de substitut de nicotine associés. À partir des études récentes, la cytisine a amélioré presque quatre fois plus les chances d’arrêt du tabac comparée à un placebo.

Parmi les autres traitements testés, la nortriptyline, un autre antidépresseur, était plus efficace qu’un placébo mais n’apportait pas d’amélioration supplémentaire quand il était associé aux substituts de nicotine.

"Cette analyse apporte des éléments de preuve solides que les trois principaux traitements, les substituts de nicotine, le bupropion et la varénicline, peuvent venir en aide à tous ceux qui veulent arrêter de fumer" explique Kate Cahill, l’auteure principale de l’étude. "Bien que la cytisine ne soit actuellement pas autorisée contre le tabagisme dans la plupart des pays du monde, ces données suggèrent qu’elle a le potentiel d’être efficace et abordable."

Les chercheurs ont aussi évalué la sécurité des différents médicaments. Le bupropion, qui est connu pour provoquer des crises d’épilepsie occasionnelles chez les individus vulnérables, n’a pas augmenté le taux de crises quand il était utilisé pour arrêter de fumer dans sa version à libération lente. Globalement, les substituts de nicotine, le bupropion et la varénicline sont considérés comme des traitements à faible risque, bien que les chercheurs déclarent que les résultats sont actuellement moins évidents pour la varénicline.

"Il faudra plus de recherches sur la sécurité de la varénicline" dit Cahill. "Cependant, dans les études que nous avons analysées, nous n’avons pas détecté d’augmentation des problèmes neuropsychiatriques, cardiovasculaires ni circulatoires".

Références :

[1] Kate Cahill, Sarah Stevens, Rafael Perera, Tim Lancaster. Pharmacological interventions for smoking cessation : an overview and network meta-analysis. Cochrane Review, 2013, DOI : 10.1002/14651858.CD009329.pub2.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |