Accueil du site > Techniques > S’entrainer longtemps et à faible intensité peut être plus bénéfique que court (...)
S’entrainer longtemps et à faible intensité peut être plus bénéfique que court et intensivement

jeudi 14 février 2013

Si elles dépensent des quantités égales d’énergie, des longues périodes d’exercice physique de faible intensité peuvent améliorer les niveaux d’insuline et de lipides davantage que de courtes explosions d’activité intense.

Une étude publiée dans le journal PLoS ONE [1], révèle que le fait de rester debout et de marcher pendant de longues durées améliore la sensibilité à l’insuline et les niveaux de lipides dans le sang plus qu’une heure d’exercice intense chaque jour, mais seulement si les calories dépensées dans ces deux formes d’exercice sont identiques.

Les chercheurs ont recruté dix-huit participants de poids normal âgés entre 19 et 24 ans, et leur ont demandé de suivre trois régimes différents. Dans le premier, les participants ont reçu l’ordre de rester assis pendant 14 heures chaque jour et de ne pas s’adonner à quelque forme d’exercice physique qui soit, le second régime a exigé des participants qu’ils restent assis pendant 13 heures par jour et qu’ils fassent du sport vigoureusement pendant 1 heure, et dans le troisième groupe les participants ont substitué six heures de temps passés assis par quatre heures de marche et deux heures de position debout.

Le groupe assis et celui qui faisait de l’exercice physique avaient des nombres d’heures assises comparables, le groupe faisant de l’exercice intense et celui faisant de l’activité physique de faible intensité avaient la même dépense énergétique journalière.

Les chercheurs ont évalué l’activité physique en continu, et ils enregistraient le temps passé dans des activités sédentaires (assis) et quantifiaient le temps passé debout ainsi que les activités y compris les séances de marche et l’intensité de l’activité. Après chaque régime, les chercheurs ont enregistré la sensibilité à l’insuline de chaque participant ainsi que leur niveau de lipides dans le sang, ces deux éléments pouvant identifier des conditions métaboliques telles que diabète et obésité.

Les résultats ont montré que globalement, pour ceux qui ont suivi le régime strictement sédentaire, le niveau de dépense d’énergie était d’environ 500 Kcal de moins comparé aux autres régimes. Le cholestérol et les niveaux de lipides se sont légèrement améliorés quand les participants faisaient de l’exercice vigoureusement pendant une heure chaque jour, mais ils se sont encore plus améliorés quand les participants étaient actifs à des niveaux d’intensité plus faibles pendant des périodes plus longues.

Selon cette étude, le fait d’être actif en restant simplement assis ou en marchant pendant de longues périodes de temps améliorait significativement les niveaux d’insuline comparé au style de vie strictement sédentaire, et comparé à celui où les participants étaient sédentaires sauf une heure pendant laquelle ils faisaient intensivement de l’exercice physique.

Les chercheurs concluent "qu’une heure d’exercice physique par jour ne peut pas compenser les effets négatifs de l’inactivité sur les niveaux d’insuline et de lipides dans le sang si le reste de la journée est passée assise. Le fait de réduire l’inactivité en augmentant le temps passé à marcher ou debout est plus efficace qu’une heure d’exercice physique, notamment quand la dépense d’énergie reste constante."

Références :

[1] Duvivier BMFM, Schaper NC, Bremers MA, van Crombrugge G, Menheere PPCA, et al. (2013). Minimal Intensity Physical Activity (Standing and Walking) of Longer Duration Improves Insulin Action and Plasma Lipids More than Shorter Periods of Moderate to Vigorous Exercise (Cycling) in Sedentary Subjects When Energy Expenditure Is Comparable. PLoS ONE, 8(2) : e55542.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |