Accueil du site > Physiologie > Si vous paraissez plus vieux que votre âge à l’extérieur, c’est que vous l’êtes (...)
Si vous paraissez plus vieux que votre âge à l’extérieur, c’est que vous l’êtes à l’intérieur

vendredi 10 juillet 2015

Des chercheurs ont mesuré le processus du vieillissement chez des jeunes adultes et ont découvert que certains d’entre eux vieillissaient trois fois plus vite que d’autres.

Une équipe de chercheurs internationaux a découvert un moyen de mesurer le processus du vieillissement chez les jeunes adultes [1]. En travaillant avec des participants âgés entre 26 et 38 ans, les scientifiques ont identifié des facteurs qui peuvent déterminer si les gens vieillissent plus rapidement ou plus lentement que leurs homologues, et ils ont pu quantifier leur âge biologique et la vitesse à laquelle ils vieillissaient.

Dans leur article, les chercheurs ont montré que même parmi les jeunes adultes, l’âge biologique d’une personne peut différer de nombreuses années de leur âge chronologique réel. Par exemple, parmi les personnes de 38 ans étudiées, l’âge biologique des participants allait de moins de 30 ans à presque 60 ans. Cela veut dire que l’âge biologique de certains participants était de plus de 20 ans plus vieux que ce qu’indiquait leur certificat de naissance.

"Cette recherche montre que le déclin associé à l’âge se déroule déjà chez les jeunes adultes qui sont pourtant à des décennies de développer des maladies associées à la vieillesse, et que nous pouvons le mesurer," dit le Dr. Salomon Israel, chercheur. Ces données proviennent de l’étude Dunedin qui a cherché des signaux qui permettent d’identifier le processus du vieillissement. L’étude a suivi un millier de personnes nées en 1972 et 1973 de leur naissance à aujourd’hui, en utilisant des mesures de l’état de santé comme la tension artérielle, le fonctionnement rénal et des sondages.

L’équipe de scientifiques a mesuré le fonctionnement des reins, du foie, des poumons, des systèmes métaboliques et immunitaires. Ils ont aussi mesuré le cholestérol HDL, la condition physique respiratoire, le fonctionnement pulmonaire et la longueur des télomères – qui sont les terminaisons des chromosomes qui raccourcissent avec l’âge. L’étude a aussi mesuré la santé dentaire et l’état des petits vaisseaux sanguins derrière les yeux, qui est un indicateur des vaisseaux sanguins du cerveau.

À partir d’un sous-ensemble de ces biomarqueurs, les chercheurs ont déterminé un âge biologique pour chaque personne. Les chercheurs ont alors analysé 18 biomarqueurs qui ont été mesurés quand les participants avaient 26 ans, et de nouveau quand ils avaient 32 et 38 ans. À partir de ces données, ils en ont tiré un graphique pour chaque individu, puis 18 graphiques ont été ajoutés pour chaque participant de l’étude afin de déterminer le rythme individuel de leur vieillissement.

La plupart des participants était regroupé autour d’un rythme de vieillissement d’un an pour chaque année passée, tandis que d’autres affichaient un taux de vieillissement de trois ans par année chronologique. Nombreux sont ceux qui étaient à zéro année par an ce qui signifie qu’ils restaient plus jeunes que leur âge réel. Comme les chercheurs s’y attendaient, ceux qui étaient biologiquement plus vieux à l’âge de 38 ans avaient aussi vieilli à un rythme plus rapide. Par exemple, un âge biologique de 40 ans signifiait que la personne vieillissait à un rythme de 1,2 année par an sur les 12 ans qu’a duré l’étude.

Les membres de l’étude qui semblaient être plus avancés dans leur âge biologique avaient les plus mauvais scores dans les tests donnés normalement aux gens de plus de 60 ans, qui comprennent des tests d’équilibre et de coordination, ainsi que des problèmes à résoudre. Les individus biologiquement plus vieux rapportaient aussi qu’ils avaient plus de difficultés que leurs homologues en ce qui concerne leur état/fonctionnement physique, comme lorsqu’il s’agissait de monter des escaliers.

Les chercheurs ont également fait évaluer les photos des visages des participants à 38 ans par des étudiants afin qu’ils notent leur apparence physique comme étant plus ou moins jeune. De nouveau, les participants qui étaient biologiquement plus vieux à l’intérieur de leur corps apparaissaient aussi plus vieux aux yeux des évaluateurs. "Nous avons mesuré le vieillissement de ces personnes relativement jeunes," explique l’auteur de l’étude, le Professeur Dan Belsky. "La plupart des études sur le vieillissement a évalué des séniors, mais si nous voulions être en mesure de prévenir les maladies liées au vieillissement, nous devions commencer à l’étudier chez des gens plus jeunes."

"Cela nous donne un espoir sur le fait que la médecine pourra être capable, un jour, de ralentir le vieillissement, et de donner aux gens davantage d’années d’activité en bonne santé," explique les chercheurs. L’objectif ultime sera d’être en mesure d’intervenir dans le processus du vieillissement lui-même, plutôt que de cibler des éléments ’tueurs’ isolés tels que les maladies cardiovasculaires ou le cancer".

"Le vieillissement accéléré chez les jeunes adultes est un indicateur de symptômes d’un vieillissement avancé que nous retrouvons chez les adultes plus âgés : déficit du fonctionnement cognitif et physique, sentiment d’être toujours ’souffreteux’ et même une apparence plus vieille. La capacité de mesurer la rapidité à laquelle une jeune personne vieillit pourrait permettre de programmer des interventions qui ralentissent le vieillissement ou qui ciblent des maladies spécifiques," disent les chercheurs.

Cette recherche s’est focalisée sur les mécanismes biologiques qui engendrent les différences individuelles de la personnalité et du comportement social ; et inversement la façon dont on subit les différences de personnalité et de comportement social dans le temps et qui contribuent à la santé physique et au bien-être économique. Pour traiter ces sujets, les chercheurs ont appliqué des méthodes venant de domaines qui comprennent la génétique moléculaire, la neuro-endocrinologie, l’économie comportementale, la psychologie sociale et l’épidémiologie.

Références :

[1] Quantification of biological aging in young adults, Daniel Belsky, Avshalom Caspi, et al. PNAS, 2015.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |