Accueil du site > Sexualité > Tomber amoureux, c’est biologique !
Tomber amoureux, c’est biologique !

vendredi 22 octobre 2010

Une méta-analyse scientifique intitulée la "Neuroimagerie de l’amour" publiée dans le Journal of Sexual Medicine [1], réalisée par le professeur de neurologie Stephanie Ortigue de l’Université de Syracuse, révèle que le fait de tomber amoureux peut provoquer les mêmes sentiments euphoriques que prendre de la cocaïne, mais que cela affecte aussi les régions intellectuelles du cerveau. Des chercheurs ont aussi découvert que tomber amoureux ne prend qu’un cinquième de seconde.

Les résultats de l’équipe d’Ortigue révèlent que quand une personne tombe amoureuse, 12 régions de son cerveau sont à l’œuvre en tandem pour libérer des éléments chimiques tels que de la dopamine, de l’oxytocine, de l’adrénaline et des vasoconstricteurs. Le sentiment d’amour affecte également des fonctions cognitives sophistiquées comme la représentation mentale, les métaphores et l’image du corps.

Ces découvertes posent la question : "est-ce le cœur qui tombe amoureux ou le cerveau ?"

"C’est toujours une question astucieuse" dit Ortigue. "Je dirais que c’est le cerveau, mais le cœur y est aussi associé à cause du concept complexe de l’amour qui se forme par des processus d’allers-et-retours, de bas en haut, du cerveau vers le cœur et vice-versa. Par exemple, l’activation dans certaines parties du cerveau peut générer des stimulations au cœur, l’estomac noué. Certains symptômes que nous ressentons parfois comme une manifestation du cœur pourraient provenir du cerveau."

D’autres recherches ont aussi trouvé que les niveaux sanguins des facteurs de croissance des nerfs augmentaient aussi. Ces niveaux étaient significativement plus élevés chez les couples qui étaient récemment tombés amoureux. Cette molécule impliquée joue un rôle important dans la chimie sociale des êtres humains, ou dans le phénomène du "coup de foudre". Ces résultats confirment que l’amour a bien des fondements scientifiques" dit Ortigue.

Les résultats ont des implications importantes pour la recherche en neuroscience et sur la santé mentale parce que quand l’amour ne marche pas, cela peut être une cause significative de stress émotionnel et de dépression. "C’est un autre moyen d’investigation dans le cerveau et dans l’esprit d’un patient" dit-elle. "En comprenant pourquoi ils tombent amoureux et pourquoi ils ont tant le cœur brisé, ils peuvent avoir recours à de nouvelles thérapies". En identifiant les régions cérébrales stimulées par l’amour, les médecins et les thérapeutes peuvent mieux comprendre les douleurs du "mal d’amour" des patients.

L’étude a aussi montré que différentes régions du cerveau tombaient amoureuses. Par exemple, l’amour inconditionnel, comme celui entre une mère et son fils, illumine des régions du cerveau communes et différentes, comprenant le milieu du cerveau. L’amour passionné éveille la région du cerveau associée à la récompense, et aussi les régions cérébrales cognitives associatives qui ont des fonctions cognitives de haut vol, telles que l’image du corps.

Références :

[1] Neuroimaging of Love : fMRI Meta-Analysis Evidence toward New Perspectives in Sexual Medicine. Stephanie Ortigue, Francesco Bianchi-Demicheli, Nisa Patel, Chris Frum, James Lewis, Journal of Sexual Medicine


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |