Accueil du site > Nutrition > Suppléments > Trop de vitamine D nuit à la santé
Trop de vitamine D nuit à la santé

vendredi 3 mai 2013

Les bénéfices d’une prise de vitamine D chez les adultes en bonne santé disparaissent à hautes doses.

Ces dernières années, les individus en bonne santé ont été bombardés d’histoires dans les médias et sur les sites internet de santé et de bien-être à propos des dangers d’avoir des niveaux trop faibles en vitamine D, en les pressant de prendre de fortes doses de suppléments pour les protéger contre toute maladie, allant de l’hypertension au durcissement des artères jusqu’au diabète.

Mais une recherche de l’Université John Hopkins a découvert que des niveaux sanguins plus élevés que le maximum suggéré par l’Institut de Médecine de ce qu’ils appellent "la vitamine du soleil" n’apportent aucun bénéfice supplémentaire. Ce résultat, associé aux résultats d’une étude précédente des mêmes chercheurs qui avait remarqué un danger potentiel de niveaux trop élevés de vitamine D chez les gens en bonne santé, poussent les enquêteurs à recommander de faire attention.

"Les individus en bonne santé se sont rués sur ces pilules, mais ils ne devraient pas continuer à prendre des suppléments de vitamine D" dit le Dr Muhammad Amer, auteur de l’étude. "À un certain point, prendre plus de vitamine D ne confère plus de bénéfice en terme de longévité, ainsi, le fait de prendre ces coûteux suppléments est le meilleur moyen de gaspiller son argent".

Le Dr Amer précise qu’il y a certains groupes de personnes, les plus âgés, les femmes ménopausées et les patients atteints de maladie des reins, qui tirent un bénéfice de niveaux plus importants d’une vitamine qui est vitale pour la santé des os. De tels groupes pourraient avoir besoin de prendre des suppléments.

Dans un article publié dans l’American Journal of Medicine [1], Amer et ses collègues ont passé en revue des données provenant de plus de 10000 participants qui prenaient des suppléments entre 2001 et 2004. Ils ont rapproché ces données avec les tables de mortalité jusque décembre 2006.

Quand ils ont analysé les décès toutes causes et les maladies cardiovasculaires, ceux qui avaient des niveaux de 21 nanogrammes par millilitre de 25-hydroxyvitamine D dans le sang, ce qui est le maximum de ce qui est considéré comme "normal", ont réduit leur risque de décès de moitié. Au-dessus de 21 nanogrammes par millilitre, les données montraient que l’effet protecteur disparaissait.

La principale source de vitamine D est le soleil, et bien qu’on la trouve naturellement dans très peu d’aliments, le lait vendu dans le commerce est souvent enrichit en vitamine D. Amer déclare que comme les gens passent de plus en plus de temps à l’intérieur et qu’ils tartinent leur corps de crème solaire quand ils sortent, les carences en vitamine D peuvent augmenter. Mais il précise qu’il n’y a pas de quantité type de supplément qui puisse permettre de dépasser les 21 nanogrammes par millilitre, car la façon dont les gens métabolisent les vitamines diffère.

Dans leur recherche publiée début 2012 dans l’American Journal of Cardiology, les chercheurs ont trouvé que des niveaux plus importants de vitamine D dans le sang étaient associés à des niveaux plus faibles d’un marqueur connu de l’inflammation cardiovasculaire, la protéine C-réactive. Au-delà de 21 nanogrammes par millilitre, toute augmentation supplémentaire de vitamine D était associée à une augmentation de la protéine C-réactive, un facteur associé au durcissement des vaisseaux sanguins et à une augmentation du risque de problèmes cardiovasculaires. Les chercheurs suggéraient aussi qu’il y avait un lien entre trop de vitamine D et des niveaux élevés d’homocystéine, autre signe dangereux de maladie cardiovasculaire.

Il conclut en disant que la plupart des individus en bonne santé n’ont pas besoin de supplément de vitamine D pour améliorer leur état cardiovasculaire ni pour vivre plus longtemps, et qu’il n’y a pas de consensus chez les médecins sur les niveaux corrects de vitamine D dans le sang pour les personnes en bonne santé. "Il y a beaucoup de mythes et pas assez de données".

Références :

[1] Relationship between 25-Hydroxyvitamin D and All-cause and Cardiovascular Disease Mortality. Muhammad Amer, Rehan Qayyum. American Journal of Medicine.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |