Accueil du site > Nutrition > Un petit-déjeuner riche en protéines réduit les fringales
Un petit-déjeuner riche en protéines réduit les fringales

vendredi 20 mai 2011

Un chercheur de l’Université du Missouri a découvert que le fait de manger un petit-déjeuner équilibré et particulièrement riche en protéines augmentait la satiété et réduisait le sentiment de faim dans la journée [1]. En outre, en utilisant l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf), les chercheurs ont découvert que le fait de manger un petit-déjeuner hyperprotéiné réduisait les signaux du cerveau qui contrôlent l’incitation alimentaire, et le comportement recherchant le plaisir dans l’alimentation.

"Tout le monde sait que le petit-déjeuner est important, mais de nombreuses personnes n’en font toujours pas une priorité" dit Heather Leidy, professeur au Département de Nutrition et de Physiologie du Sport. "Cette recherche apporte des preuves supplémentaires selon lesquelles le petit-déjeuner est une stratégie de valeur pour contrôler l’appétit et réguler la consommation de nourriture."

Dans son étude, Leidy a évalué la faim et la satiété physiologiques en mesurant les sensations d’appétit perçues, et les marqueurs hormonaux associés à l’incitation psychologique du plaisir de manger, en utilisant l’IRMf pour identifier l’activation du cerveau dans des régions spécifiques associées à la motivation et à la récompense alimentaire.

Les chercheurs ont voulu cibler les adolescents qui sautent le petit-déjeuner, pour deux raisons, dit Leidy. Premièrement, le fait de sauter le petit-déjeuner a été fortement associé à des grignotages mauvais pour la santé, à une surconsommation de nourriture (surtout la nuit), à une prise de poids et à l’obésité. Deuxièmement, environ 60% des adolescents sautent le petit-déjeuner quotidiennement.

Pendant trois semaines, les ados ont soit continué à sauter leur petit-déjeuner, soit ont consommé des petits-déjeuners de 500 calories contenant des céréales et du lait (qui contiennent des quantités normales de protéines), ou des petits-déjeuners riches en protéines préparés sous forme de gaufres, de sirops et de yaourts. A la fin de chaque semaine, les volontaires ont complété des questionnaires sur leur appétit et leur satiété. Juste avant le déjeuner, les volontaires subissaient un scanner cérébral, via l’IRMf, pour identifier les réactions d’activation cérébrales.

Par rapport au saut du petit-déjeuner, les repas pris ont provoqué la satiété et des réductions de fringale dans la matinée. Les résultats de l’IRM ont montré que l’activation du cerveau, dans les régions qui contrôlent l’incitation à manger et la récompense alimentaire, était diminuée avant le déjeuner lorsque le petit-déjeuner était consommé le matin. En outre, les petits-déjeuners riches en protéines provoquaient même de plus grandes modifications de l’appétit, de la satiété et des comportements de plaisir associés à l’alimentation comparés aux petits-déjeuners normaux.

"Le fait d’ajouter un petit-déjeuner équilibré contenant des aliments riches en protéines peut être une stratégie simple pour rester plus longtemps sans avoir faim, et de ce fait être moins enclin au grignotage" dit Leidy. "Les gens s’adonnent au grignotage pour satisfaire leur faim entre les repas, mais ces aliments sont presque toujours trop riches en sucres et en graisses, et ajoutent une quantité substantielle de calories à l’alimentation. Ces résultats suggèrent qu’un petit-déjeuner riche en protéines pourrait être une stratégie efficace pour améliorer le contrôle de son appétit, et empêcher la suralimentation, notamment chez les jeunes."

Références :

[1] Neural Responses to Visual Food Stimuli after a Normal vs. Higher Protein Breakfast in Breakfast-Skipping Teen. Obesity.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |