Accueil du site > Physiologie > Une étude remet en cause l’obligation de boire (beaucoup) de l’eau
Une étude remet en cause l’obligation de boire (beaucoup) de l’eau

mardi 11 octobre 2016

Une étude de l’Université Monash [1] a dévoilé les mécanismes qui régulent la consommation de fluides dans le corps humain et qui nous empêchent de boire trop, ce qui peut potentiellement causer une intoxication à l’eau. Cette étude remet en question l’idée populaire qui affirme qu’il faut se forcer à boire 2 litres d’eau par jour pour être en bonne santé.

L’étude en question montre qu’une "inhibition de la déglutition" est activée par le cerveau dès que du liquide en excès est consommé, ce qui nous aide à maintenir des volumes d’eau dans le corps correctement calibrés. "Si nous faisons simplement ce que notre corps nous demande, alors nous avons probablement tout bon, il suffit de boire selon notre soif plutôt que via une planification élaborée," explique le Professeur Farrell.

Les chercheurs ont demandé à des participants de l’étude d’évaluer la quantité des efforts nécessaires pour avaler de l’eau dans deux conditions, après avoir fait du sport quand ils avaient soif et plus tard après qu’ils aient été forcés à boire trop d’eau. Les résultats ont montré une augmentation de l’effort pour boire qui était trois fois plus importante après avoir trop bu.

"Nous avons trouvé pour la première fois qu’il fallait faire un effort important pour avaler après avoir bu de l’eau en excès, ce qui signifie qu’ils devaient surmonter et dépasser une espèce de résistance," explique Farrell. " Cela était compatible avec notre notion selon laquelle le réflexe de la déglutition est alors inhibé une fois que nous avons bu suffisamment d’eau."

Les chercheurs ont eu recours à l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour mesurer l’activité dans différentes parties du cerveau, en se focalisant sur des périodes brèves juste avant d’avaler. L’IRMf a montré que les régions préfrontales droites du cerveau étaient beaucoup plus actives quand les participants essayaient d’avaler avec plus d’effort, ce qui montre que le cortex frontal intervient pour outrepasser l’inhibition de déglutition afin que l’action de boire puisse se faire selon les instructions des chercheurs.

"Il y a eu des cas où l’on recommandait à des marathoniens de se remplir d’eau et qui en sont morts, dans certaines circonstances, parce qu’ils ont aveuglément suivi ces recommandations et ont bu en excès," dit-il. Le fait de boire trop d’eau peut causer une intoxication à l’eau ou hyponatrémie, qui survient quand les niveaux vitaux de sodium dans le sang deviennent anormalement faibles ce qui cause des symptômes qui vont de la léthargie et des nausées jusqu’aux convulsions et au coma.

Cependant, le Professeur Farrell rappelle que les personnes âgées, au contraire, ne boivent souvent pas assez et doivent calculer et surveiller leur consommation journalière de fluides.

Références :

[1] Overdrinking results in the emergence of swallowing inhibition : an fMRI study. Proceedings of the National Academy of Sciences.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |