Accueil du site > Psychologie > Psychologie Sociale > Une seule question suffit pour identifier un narcissique
Une seule question suffit pour identifier un narcissique

vendredi 22 août 2014

Les scientifiques ont développé et validé une méthode pour identifier quels individus sont narcissiques : il suffit de leur demander ! Dans une série de 11 expériences qui ont impliqué plus de 2200 personnes de tous âges, les chercheurs ont trouvé qu’ils pouvaient identifier avec certitude les gens narcissiques en leur posant précisément cette question (avec la note) :

Dans quelle mesure êtes-vous d’accord avec cette déclaration : « Je suis narcissique. » (Note : le terme « narcissique » signifie égocentrique, égoïste et vaniteux.)

Les participants se sont notés eux-mêmes sur une échelle allant de 1 (pas très vrai pour moi) à 7 (tout à fait vrai pour moi). Les résultats ont montré que les réponses des sujets étaient très proches de celles de plusieurs autres mesures validées sur le narcissisme, y compris la méthode très utilisée Narcissistic Personality Inventory (NPI).

La différence est que cette nouvelle étude [1], que les chercheurs appellent la Single Item Narcissism Scale (SINS), n’a qu’une seule question, alors que le NPI en a 40.

« Les gens qui sont enclins à admettre qu’ils sont plus narcissiques que les autres sont effectivement probablement plus narcissiques », explique Brad Bushman, co-auteur de l’étude et professeur de psychologie à l’Université de l’État de l’Ohio. « Ceux qui sont narcissiques sont presque fiers de l’être. Vous pouvez leur demander directement parce qu’ils ne considèrent pas le narcissisme comme quelque chose de négatif. Ils croient qu’ils sont supérieurs aux autres et ils sont prêts à le dire publiquement ».

Bien comprendre le narcissisme a plusieurs implications pour la société, qui s’étendent bien au-delà de son impact sur la vie personnelle du narcissique, dit le chercheur. « Par exemple, les gens narcissique ont peu d’empathie, et l’empathie est l’un des éléments de motivation clé du comportement philanthropique, comme celui de donner de l’argent ou du temps à des organisations. »

« Globalement, le narcissisme est problématique pour les individus comme pour la société. Ceux qui pensent être déjà géniaux n’essayent pas de s’améliorer eux-mêmes » dit Bushman. « Et le narcissisme est mauvais pour la société parce que les gens qui ne pensent qu’à eux et à leurs propres intérêts aident moins les autres. »

Le chercheur souligne le fait que ce questionnaire ne doit pas remplacer l’autre questionnaire plus long. Car ces instruments peuvent fournir plus d’informations aux psychologues et aux chercheurs, comme quelle forme de narcissisme a un individu. « Notre échelle sur une seule question peut être utile pour les longues enquêtes dans lesquelles les chercheurs se soucient de la fatigue et de la concentration des gens qui doivent répondre à beaucoup de questions, et éventuellement abandonner avant de finir » dit-il.

Les 11 expériences ont eu recours à un certain nombre d’approches différentes pour déterminer la validité de leur questionnaire. Certaines l’ont fait passer à des étudiants, alors que d’autres à un panel d’adultes. Une expérience a trouvé que le questionnaire était positivement associé aux sept sous-échelles du questionnaire NPI qui mesure les différentes composantes du narcissisme (vanité, exhibitionnisme, profit, autorité, supériorité, autosuffisance).

Une autre étude a découvert que les participants tendaient à avoir des scores similaires sur le questionnaire quand ils étaient testés à 11 jours d’intervalles. Une expérience a reproduit des travaux passés qui ont montré que les gens qui avaient des scores élevés pour ce qui concerne le narcissisme étaient plus susceptibles d’avoir des comportements sexuels à risque, et des difficultés pour maintenir des relations de couple à long terme.

Ceux qui avaient un score élevé concernant le narcissisme au questionnaire SINS avaient à la fois des résultats positifs et négatifs, dit Bushman. Ils ont rapporté avoir des sentiments plus positifs, être plus extravertis et légèrement moins dépressifs.

Mais ils ont aussi rapporté être moins agréables et plus colériques, avoir plus honte, plus de culpabilité et de peur. En outre, ceux qui avaient un score élevé sur le SINS ont affiché des résultats interpersonnels négatifs, comme avoir des relations médiocres avec les autres, et un comportement moins prosocial quand leur ego était menacé.

Références :

[1] Sara Konrath, Brian P. Meier, Brad J. Bushman. Development and Validation of the Single Item Narcissism Scale (SINS). PLoS ONE, 2014 ; 9 (8) : e103469 DOI : 10.1371/journal.pone.0103469.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |