Accueil du site > Psychologie > Psychologie Sociale > Votre regard révèle si c’est de l’amour ou du désir
Votre regard révèle si c’est de l’amour ou du désir

mardi 22 juillet 2014

La chanteuse de soul Betty Everett chantait que "si vous voulez savoir s’il vous aime, son baiser vous le dira." Mais une récente étude par des chercheurs de l’Université de Chicago montre que la différence entre l’amour et le désir sexuel pourrait plutôt se situer dans les yeux.

Plus précisément, l’endroit où votre rendez-vous vous regarde indique s’il s’agit d’amour ou de lubricité. Cette étude [1] a découvert que le regard se concentre sur le visage étranger si le partenaire perçoit cette personne comme un partenaire potentiel en vue d’une relation amoureuse, mais que son regard se fixera davantage sur les parties du corps de l’autre personne s’il ou elle ressent un désir sexuel. Ce jugement automatique peut survenir en un temps aussi court qu’une demi-seconde, en produisant différents types de regards.

"Bien qu’on sache peu de choses sur la science du ’coup de foudre’ au premier regard, ni comment les gens tombent amoureux, ces modèles de réaction donnent des indications sur les processus de l’attention, comme celui du regard fixe, qui pourraient différentier les sentiments d’amour des sentiments de désir vis-à-vis des étrangers" note Stephanie Cacioppo, l’auteure de l’étude, du Laboratoire de Neuro-imagerie de l’Université de Chicago.

Des recherches précédentes de la même chercheuse avaient montré que différentes aires du cerveau sont activées par l’amour et le désir sexuel. Dans cette étude, l’équipe a réalisé deux expériences pour tester les types visuels et évaluer deux états émotionnels et cognitifs différents qui sont souvent difficiles à distinguer l’un de l’autre – l’amour et le désir sexuel.

Des hommes et des femmes ont visionné une série de photographies noires et blanches d’individus qu’ils n’avaient jamais rencontrés. Dans la première partie de l’étude, les participants ont regardé des photos de jeunes couples adultes et hétérosexuels qui se regardaient l’un l’autre ou qui interagissaient l’un avec l’autre. Dans la seconde partie, les participants regardaient des photographies d’individus séduisants du sexe opposé qui regardaient directement face à la caméra. Aucune photo ne contenait d’images érotiques ni de nus.

Dans les deux expériences, les participants étaient placés devant un ordinateur et on leur demandait de regarder différentes photographies, et de décider aussi rapidement et précisément que possible s’ils percevaient chaque photo ou les personnes sur les photos comme des déclencheurs d’un sentiment de désir sexuel ou de relation amoureuse. L’étude n’a pas trouvé de différence importante dans le temps qu’ont mis les sujets pour identifier une relation amoureuse contre un désir sexuel, ce qui montre la rapidité avec laquelle le cerveau peut traiter ces deux émotions.

Mais l’analyse des données du suivi du regard dans les deux études a révélé des différences marquées dans les mouvements des yeux, qui dépendaient selon que les sujets rapportaient ressentir un désir sexuel ou une envie de relation amoureuse. Les gens tendent à fixer le visage notamment quand ils disent qu’une image déclenche un sentiment de relation amoureuse. Cependant, avec des images qui évoquaient un désir sexuel, les yeux des sujets se déplaçaient du visage pour se fixer sur le reste du corps. L’effet a été trouvé à la fois chez les hommes et chez les femmes.

"En identifiant les types de regards qui sont spécifiques aux stimuli relatifs à l’amour, l’étude pourrait contribuer au développement d’un biomarqueur qui puisse différentier les sentiments d’amour de ceux de désir sexuel" explique l’auteur de l’étude. "Un modèle d’analyse du regard pourrait éventuellement offrir un moyen de diagnostic dans la pratique clinique quotidienne, ou pour des examen de routine, en psychiatrie ou en thérapie de couple" conclut-il.

Références :

[1] M. Bolmont, J. T. Cacioppo, S. Cacioppo. Love Is in the Gaze : An Eye-Tracking Study of Love and Sexual Desire. Psychological Science, 2014 ; DOI : 10.1177/0956797614539706.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |