Accueil du site > Santé > Les courtes pauses de marche contre la sédentarité
Les courtes pauses de marche contre la sédentarité

jeudi 11 septembre 2014

Une étude de l’Université de l’Indiana [1] a trouvé que trois courtes marches, sans qu’elles aient besoin d’être rapides, de 5 minutes peuvent inverser les effets négatifs d’une position assise prolongée, notamment pour les artères des jambes.

Le fait de rester assis pendant de longues périodes de temps, comme c’est le cas pour de nombreux travailleurs, est associé à des facteurs de risque comme des niveaux élevés de cholestérol et un risque de voir son tour de taille augmenter, ce qui peut contribuer à l’apparition de maladies cardiovasculaires et métaboliques. Quand les gens restent assis, les muscles sont relâchés et ne se contractent pas pour pomper efficacement le sang vers le cœur. Le sang peut donc s’accumuler dans les jambes et affecter la fonction endothéliale des artères, ou la capacité des vaisseaux sanguins à se dilater par un afflux de sang qui augmente.

"Il y a de nombreuses preuves épidémiologiques qui associent la position assise à des maladies chroniques variées et qui associent les pauses dans la position assise à des effets cardiovasculaires bénéfiques, mais il y a très peu de preuves expérimentales", dit l’auteur de l’étude. "Nous avons montré qu’une position assise prolongée détériore la fonction endothéliale, qui est un marqueur précurseur des maladies cardiovasculaires, et que le fait de rompre ces moments passés assis par la marche empêche le déclin de ce fonctionnement."

Les chercheurs ont pu démontrer que sur une période de trois heures, la dilatation des artères principales des jambes provoquée par le flux, ou l’expansion des artères consécutive à une augmentation du flux de sang, était altérée jusqu’à 50 % après une heure passé assis. Les participants à cette étude qui marchaient pendant 5 minutes toutes les heures voyaient en revanche leur fonctionnement artériel rester le même – il ne chutait pas dans la période des trois heures. Le chercheur déclare qu’il est probable que l’augmentation de l’activité musculaire et du flux sanguin comptaient dans cette stabilité.

"Les adultes restent approximativement assis huit heures par jour", dit l’auteur de l’étude. "La détérioration de la fonction endothéliale est importante après une heure en position assise. Il est intéressant de voir qu’une activité physique légère peut permettre d’empêcher cette détérioration."

Concrètement, l’étude a impliqué 11 hommes en bonne santé non-obèses âgés de 20 à 35 ans qui ont participé à deux études randomisées. Dans l’une d’elle, ils sont restés assis pendant trois heures sans bouger leurs jambes. Les chercheurs ont utilisé un brassard pour prendre leur tension et un appareil à ultrasons pour mesurer le fonctionnement de l’artère fémorale au début, puis une heure, deux heures et trois heures après.

Dans la seconde étude, les hommes sont restés assis pendant trois heures et ont marché sur un tapis de marche pendant 5 minutes à une vitesse de 3,25 km/h au bout de 30 minutes passés assis, puis après 1 heure et demie et 2 heures et demie. Les chercheurs ont mesuré le fonctionnement de l’artère fémorale aux mêmes intervalles que dans la première étude.

Références :

[1] Effect of Prolonged Sitting and Breaks in Sitting Time on Endothelial Function. Medicine & Science in Sports & Exercise.


| Bodyscience.fr - Conception : © 2021 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |